Vertige de la mort

Publié le par Laurent

Avec son harmonica à l’Olympia, avec toi la chaire de poule sur les bras, dans un parc, un peu plus loin avec un chapeau, dans les voitures, « à l’arrière des berlines », en rentrant tard la nuit, la nuit je mens…

Un jour tu chanteras moins jusqu’au jour ou tu ne chanteras plus… mais les disques continueront à tourner… les disques, la terre et les têtes jusqu’au jour ou elles ne tourneront plus…

 

Publié dans hier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tina 20/03/2009 11:44

Au moins il aura vécu sa passion jusqu'au bout et non pas éloigné de tout dans une chambre blanche... monsieur vous êtes toujours et serez toujours a nos côtés dorénavant...